Les bases de données

Le développement des traitements informatiques nécessite la manipulation de données de plus en plus nombreuses. Leur organisation et leur stockage constituent
un enjeu essentiel de performance.
Le recours aux bases de données relationnelles est aujourd’hui une solution très répandue.
Ces bases de données permettent d’organiser, de stocker, de mettre à jour et d’interroger des données structurées volumineuses utilisées simultanément par différents programmes
ou différents utilisateurs. Cela est impossible avec les représentations tabulaires.

1964 : notion de base de données

L’invention du disque durDisque dur Un disque dur, parfois abrégé DD, HD ou HDD (Hard Disque Drive), est une mémoire de masse magnétique utilisée principalement dans les ordinateurs, mais également dans des baladeurs numériques, des caméscopes, des lecteurs/enregistreurs de DVD de salon, des consoles de jeux vidéo, etc.   en 1956, mémoire de masse de grande capacité, a permis d’utiliser les ordinateurs pour collecter, classer et stocker de grandes quantités d’informations de façon plus souple et plus performante que le support antérieur : la bande magnétique.

Le terme database (base de données) est apparu en 1964 pour désigner une collection d’informations partagées par différents utilisateurs d’un système d’informations militaire.

Avec l’apparition du Web, la quantité de données à stocker a littéralement explosé.

Historique des bases de données

Gestion des bases de données

Pour gérer une base de données, il faut utiliser une suite de programmes appelé système de gestion de base de données.

Des systèmes de gestion de bases de données (SGBD) de très grande taille (de l’ordre du pétaoctet) sont au centre de nombreux dispositifs de collecte, de stockage et de production
d’informations. Les SGBD permettent :

  • de gérer la lecture, l’écriture ou la modification des informations de la base
  • de gérer les autorisations d’accès à la base
    un utilisateur peut être autorisé à lire et écrire dans la base de données alors qu’un autre utilisateur peut n’avoir la possibilité que de de lire les informations
  • de gérer les accès concurrents à la base
    plusieurs personnes peuvent avoir besoin d’accéder en même temps aux informations contenues dans une base données, ce qui peut parfois poser problème, notamment lorsqu’il s’agit de modifier la même donnée au même moment
  • d’assurer la maintenance de la base
    les fichiers d’une base de données sont stockés sur des disques durs dans des ordinateurs. Pour palier aux éventuelles pannes matérielles, une même base de données est dupliquée sur plusieurs ordinateurs. Toutes les copies de la base doivent être parfaitement synchronisées, et ce le plus rapidement possible.

 

Différentes familles de base de données

Il existe différentes familles de bases de données :

  • les bases de données hiérarchiques (années 60) : les enregistrements de la base sont liés selon une structure arborescente
    peu adapté pour décrire des structures complexes, répondre aux besoins réels et suivre l’évolution des systèmes d’information
    exemple : base de registre de Microsoft Windows

 

  • les bases de données relationnelles (1970) : l’information est organisée dans des tableaux à deux dimensions reliés entre eux par des clefs.
    ce sont de loin les plus couramment utilisées …

 

  • les bases de données objet (années 90) : les informations sont groupées sous formes de collections d’objets (conteneur logique qui englobe des informations et des traitements)

 

  • les bases de données NoSQL (Not only SQL) (2009) : enregistrement en structures flexibles, selon un paradigme non relationnel, favorisant l’interrogation des données
    adapté aux grosses infrastructures matérielles constituées de nombreux serveurs organisés en clusters (grappes), essentiellement pour des applications Web (cloud, réseaux sociaux, …)
    exemples : BigTable de Google, HBase (Facebook), Cassandra (Twitter) …

 

 

Langages des bases de données

Les langues de base de données permettent d’effectuer de multiples tâches :

  • contrôle de l’accès aux données ;
  • définition des types de données (création, modification ou suppression de tables et les relations entre elles) ;
  • insertion, mise à jour ou suppression d’occurrences de données ;
  • recherche d’informations

Les langages de base de données sont spécifiques à un modèle de données particulier.

Par exemple, l’accès aux données d’une base de données relationnelle s’effectue grâce à des requêtes d’interrogation et de mise à jour qui peuvent par exemple être rédigées dans le langage SQL (Structured Query Language).

Les traitements peuvent conjuguer le recours au langage SQL et à un langage de programmation.

 

Principaux SGBD

https://db-engines.com/en/ranking

Pour en savoir plus …

Quel système de gestion de bases de données choisir ?

 

 

Sources :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Base_de_données
https://pixees.fr/informatiquelycee/n_site/nsi_term_bd_intro.html

 

Les bases de données relationnelles

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code