Chifoumi

Chifoumi est un jeu de hasard pour deux joueurs et qui se joue avec les mains. Les 2 joueurs présentent en même temps leur main formant un signe particulier, parmi 3 éléments (pierre – feuille – ciseaux). Chaque coup bat un autre coup, fait match nul contre le deuxième (son homologue) et est battu par le troisième.

Par exemple : la pierre émousse les ciseaux, les ciseaux coupent la feuille, la feuille enveloppe la pierre … 

 

Nous allons réaliser un programme à partir d’une variante récente de ce jeu : Pierre-Papier-Ciseaux-Lézard-Spock. Les règles classiques s’appliquent, mais il faut ajouter que le lézard mange le papier, empoisonne Spock, est écrasé par la pierre et est décapité par les ciseaux. Spock vaporise la pierre, casse les ciseaux, et est discrédité par le papier.

Cette variante augmente le nombre de combinaisons de 3 à 10, et est censée réduire le nombre d’égalités entre deux joueurs qui se connaissent.

 

Structure des données

Les relations entre les différents symboles peuvent être modélisées par le diagramme de résolution ci-contre.

En algorithmique, il s’agit d’un graphe orienté, noté par le couple \(G=(V,E)\) comprenant :

  • \(V\) un ensemble de sommets (aussi appelés nœuds ou points) ;
  • \(E\) un ensemble d’arêtes orientées (aussi appelées flèches), qui sont des paires de sommets (c.-à-d. qu’une arête est associée à deux sommets distincts).

On dit que deux sommets sont adjacents s’ils sont reliés par une arête.

En informatique on peut représenter ce type de graphe par un tableau (appelé matrice d’adjacence) où les sommets sont représentés en tête des lignes et des colonnes, et les arêtes sont placées à l’intersection des sommets adjacents :

Par exemple, la matrice d’adjacence du graphe (non orienté) ci-contre est un tableau où chaque arête entre 2 sommets est indiquée par un « 1 », les autres cases étant à « 0 » :

  1 2 3 4 5 6
1 0 1 0 0 1 0
2 1 0 1 0 1 0
3 0 1 0 1 0 0
4 0 0 1 0 1 1
5 1 1 0 1 0 0
6 0 0 0 1 0 0

Dans l’exemple précédent, la matrice est symétrique (axe de symétrie diagonal), mais dans le cas du chifoumi, les arêtes sont orientées, ce qui signifie que les « 1 » de la matrice n’auront pas de symétrique.

Pour simplifier la notation, on attributAttribut Un attribut est un identifiant (un nom) décrivant une information stockée dans une base. Les attributs correspondent aux colonnes si la relation à laquelle il appartient est représentée sous forme de table. à chaque symbole une lettre :

  • A : pierre
  • B : papier
  • C : ciseaux
  • D : lézard
  • E : Spock

On décide de représenter la supériorité des symboles du haut vers le bas du tableau : orientation de lecture de la colonne vers la ligne.

Par exemple « la pierre émousse les ciseaux » sera représenté par un « 1 » au croisement de la colonne « A » et de la ligne « C ».

Compléter la matrice d’adjacence suivante, puis l’implémenter en Python (par une liste de listes stockée dans une variable F).

 
  A B C D E
A          
B          
C 1        
D          
E          

Afin de pouvoir lors du jeu afficher des phrases telles que « Spock vaporise la pierre« , il convient de structurer les constantes de la manière suivante :

  • les noms des différents éléments seront stockés dans une liste S .
    exemple : « la pierre »
  • les verbes exprimant la supériorité des uns sur les autres seront quant à eux stockés dans une liste V .
    exemple : « discrédite »
  • Les « 1 » de la matrice d’adjacence seront remplacés par les indices de ces verbes dans la liste qui les contient (il faudra songer à gérer les « 0 » qui ne sont pas sensés représenter un indice)

Programme

Écrire une fonction  plusFortQue(s1, s2)  qui demande deux paramètres de type entier représentant les indices des éléments dans la liste S , et qui renvoie :

  • True  si s1  est strictement supérieur à s2 
  • False  si s2  est strictement supérieur à s1 
  • None  s’ils sont égaux

 

Écrire une fonction resultat(s1, s2) qui renvoie le résultat d’un « coup » sous la forme d’une phrase telle que « Spock vaporise la pierre » (on part du principe que s1  est plus fort que s2 ).

 

Pour mémoriser le joueur en cours ainsi que les scores, nous utiliserons deux variables globales :

 

Écrire une fonction afficherScore() qui affiche le score sous la forme « Joueur 1 : 5 – Joueur 2 : 2 ».

 

Écrire une fonction analyse(s1, s2) qui analyse le « coup » qui vient d’être joué, s1  étant l’élément choisi par le joueur 1 et s2  celui choisi par le joueur 2. analyse()  affiche le résultat du « coup » et se charge également de modifier les scores (s’il y a lieu) puis de les afficher.

 

Écrire une fonction changerJoueur()  qui permet de modifier la variable globale j.

 

Écrire une fonction convertir(key)  qui convertit un caractère (‘A’, ‘B’, ‘C’, ‘D’, ‘E’) en nombre (0, 1, 2, 3, 4).

 

Écrire une fonction acquerir()  qui interroge un joueur et renvoie le nombre correspondant à l’élément qu’il a choisi. acquerir() doit afficher l’invite à taper une lettre pour le joueur en cours. Seules les touches (‘A’, ‘B’, ‘C’, ‘D’, ‘E’) sont autorisées, la fonction ne se termine pas tant que le joueur n’a pas tapé une de ces touches !

 

 

Pour acquérir les consignes des joueurs, nous allons utiliser la bibliothèque keyboard . Elle ne fait pas partie de la distribution Python, il faut donc l’installer. L’opération est très simple :
Depuis le sous dossier /Script  du dossier contenant Python, ou bien depuis pyzo (et certains autres IDEIDE IDE (Integrated Development Environment) IDLE (Integrated DeveLopment Environment) (Environnement de Développement Intégré) En programmation informatique, un environnement de développement est un ensemble d'outils pour augmenter la productivité des programmeurs. Il comporte : un éditeur de texte destiné à la programmation, des fonctions qui permettent de démarrer le compilateur ou l'éditeur de liens un débogueur en ligne, qui permet d'exécuter ligne par ligne le programme en cours de construction. et parfois de nombreux outils (coloration syntaxique, exploration du code, détection d'erreurs, navigation, ....) Certains environnements sont dédiés à un langage de programmation en particulier. source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Environnement_de_développement) :

La documentation complète est ici : https://github.com/boppreh/keyboard#api
Mais nous n’utiliserons que la fonction  keyboard.read_key()  de la manière suivante :

Grâce à cette fonction, le programme s’interrompt jusqu’à ce que l’utilisateur appuie sur une touche, puis la valeur de la touche est renvoyée.

Nous adopterons le code suivant :

  • Touches A à E : les éléments du jeu
  • Touche Echap : termine le jeu et annonce le score final.

 

Terminer le jeu !

 


Version en réseau

En utilisant la méthode de connexion Pair à Pair décrite sur l’article les sockets du Python, réaliser un Chifoumi permettant de jouer en réseau !!
 

 


Version avec interface graphique

Après avoir suivi le tutoriel tkInter, réaliser une version graphique du Chifoumi.

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code