Le langage SQL

SQL (Structured Query Language) est un langage permettant d’exploiter les bases de données relationnelles.

Le langage SQL permet de rechercher, d’ajouter, de modifier ou de supprimer des données dans les bases de données relationnelles.

1974 : première version de SQL

En juin 1970, Edgar Frank Codd publia un article sur un référentiel de données relationnel, rapidement reconnu comme un modèle théorique intéressant pour l’interrogation des bases de données, et qui inspira le développement, au début des années 70, du langage Structured English QUEry Language (SEQUEL), renommé SQL en 1975.

En 1979, Relational Software, Inc. (actuellement Oracle Corporation) présenta la première version commercialement disponible de SQL, rapidement imité par d’autres fournisseurs.

En 1986, SQL a été normalisé par l’Institut américain (ANSI), puis en 1987 par l’organisme internationale ISO.

 

SQL un langage déclaratif c’est-à-dire qu’il permet de décrire le résultat escompté, sans décrire la manière de l’obtenir.

Les instructions SQL s’écrivent d’une manière qui ressemble à celle de phrases ordinaires en anglais. Cette ressemblance voulue vise à faciliter l’apprentissage et la lecture.

 

Les instructions SQL, qui peuvent avoir un effet persistant sur les schémas et les données, permettent de contrôler les transactions, le déroulement du programme, les connexions, les sessions ou les diagnostics.

Les requêtes sont des instructions qui récupèrent les données sur la base de critères spécifiques.

Les instructions SQL sont constituées ainsi :

  • Des clauses, qui sont des éléments constitutifs des déclarations et des requêtes. (dans certains cas, elles sont facultatives).
    • des mots clés sont des mots qui sont définis dans le langage SQL.
    • des identificateurs sont des noms sur les objets de la base de données, comme les tables, les colonnes et les schémas.
      un identificateur ne peut pas être égal à un mot-clé réservé, sauf s’il est placé entre guillemets (identificateur délimité).
    • des expressions, qui peuvent produire soit des valeurs scalaires, soit des tableaux composés de colonnes et de lignes de données
    • des prédicats, qui spécifient les conditions pouvant être évaluées selon la logique à trois valeurs (3VL – three-valued logic) (vrai/faux/inconnu) ou bien la logique booléenne
      ils sont utilisés pour limiter les effets des énoncés et des requêtes, ou pour modifier le déroulement du programme.
  • Un terminateur d’instruction, le point-virgule  » ; ».

 

 

 

Sources :
https://sql.sh/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Structured_Query_Language

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code